A Partir du 22 Septembre 2021

Une quinzaine pendant laquelle tout le monde est invité à haranguer sur le thème « Et si... ? ».

Haranguer

, c’est prendre la parole, devant un public, avec un texte écrit, et regarder vers l’avenir.


Cela peut se passer dans les établissements scolaires ou dans la rue, à l’université ou dans les kiosques, dans des établissements culturels ou sportifs...

© Ken Wongyoukhong

Les Conseils de... Marc Alexandre Oho Bambe

Poète, slameur et auteur

Quelle place pour la poésie dans une fête comme la Belle Harangue ?

La harangue est une parole tressée d'audace et de conviction, engagée engageante. Un discours qui porte empreinte d'âme et touche au cœur, un poème dans la voix qui s'envole vers les autres, un je qui se transforme en nous, le chant du griot en Afrique Subsaharienne.

La poésie a toute sa place. Non pas comme décorum, art élitiste, mais comme urgence, nécessité impérieuse, fête et fait d'âme, arme miraculeuse pouvant nous aider, à faire plus que "supporter le monde" comme dit Césaire, pouvant nous aider à "respirer plus fort que le poumon du bourreau" comme le souligne Char, oui la poésie peut nous aider à habiter la terre, à habiter nos vies, mieux que nous ne l'avons fait jusqu'ici.

Ecrire, prendre la parole, quels conseils pour trouver sa voix/voie ?

La sincérité est le maître mot, écrire juste, juste écrire avec le cœur, ce qu'on ressent dans le ventre, prendre le temps d’écouter, écouter vraiment, la prose de son âme et puis laisser hurler, ou chanter sa plume.

Se dire et se redire, se répéter autant qu'il le faut, et le faudra, que prendre la parole est un acte de présence au monde, et qu'on en a le droit, peut-être même le devoir. Parce que si on ne parle pas, d'autres le feront pour nous. Et il vaut mieux être jugé pour ce qu'on est, ce qu'on dit plutôt que pour ce qu'un autre a dit de nous ou pour nous, non?

Et si …

je vous disais que vous pouvez devenir ce que vous êtes.